Un écureuil en chaussettes ...

Le blog d'un écureuil moulty task





Délirium du 14 septembre 2011

Raconte moi une histoire...

Après l'ultra connu Kirikou et la Sorcière et le très beau Princes et Princesses, Michel Ocelot nous propose un nouveau film d'animation qui fait rêver les petits comme les grands! Et je vous dis que même si la moyenne d'âge dans la salle était de 4 ans, je ne me suis pas privée de rire avec les bouts de chou!

Contes-de-la-nuit_120

Comme pour Princes et Princesses, nous suivons une série de petites histoires racontées par un vieux technicien savant et amateur de beaux contes, et deux enfants à l'imagination débordante, tous trois se retrouvant dans un vieux cinéma désaffecté, pourvu d'une bibliothèque à faire palir les plus grands collectionneurs et d'une machine permettant de réaliser somptueux décors et magnifiques costumes.

CDN-Garcon-1-300dpi

Les-contes-de-la-nuit-La-nouvelle-féerie-poétique-de-Michel-Ocelot-en-3D-au-cinéma-en-suisse_04

large_563188

photo-Les-Contes-de-la-nuit-2010-1

photo-Les-Contes-de-la-nuit-2010-15

Les_contes_de_la_nuit

les-contes-de-la-nuit-photo-7

Le principe d'animation est tout simple, se basant sur un jeu d'ombres chinoises découpées sur des décors bien plus travaillés et lumineux, remplis de couleurs éclatantes qui si on les avait prises ensemble snas mise en scène pourraient mal s'accorder, mais avec cette base de noir toujours en avant plan s'harmonise à chaque fois. C'est le principe de pantins que l'on articule avec des baguettes de bois en les plaquant contre une toile éclairée par derrière (et je crois que c'est justement ce principe qui est utilisé, ayant vu dans le générique de fin "responsables pantins", ohohoh). Les détails sont d'une finesse à couper le souffle, les dessins travaillés et  qui rendent une impression de profondeur incroyable sur un simple film d'animation en 2D. Je regrette d'ailleurs beaucoup de ne pas avoir pu regarder ce film en 3D, je pense que pour une fois ce truc inutile et qui donne mal à la tête pour les films qui bougent trop vite aurait été approprié.

D'autre part, bien que le réalisateur soit un français, les contes dépassent les frontières et vont explorer l'Afrique, le pays des Incas, la mythologie, les histoires de loup garous... le tout en abordant parfois des thèmes un peu plus matures tels le sacrifice humain ou la haine de la différence.

Un bijou qui me donne envie de retomber en enfance et de regarder encore et encore Kirikou, Azur et Asmar et bien sûr l'excellent Princes et Princesses qui a inspiré mon crayon pendant plusieurs mois après l'avoir vu.

Je n'ai qu'une chose à dire: courrez le voir ou le revoir!


Largage de chaussettes (propres) en règle

    cela donne envie!!!

    dommage que les ciné soit si loin de chez moi...

    bisoux

    Bafouillé par v. d'extratendre, le 15 septembre 2011 aux alentours très approximatifs de 20:13

Poster un commentaire







Pour retourner tout là haut!